Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 20:12

Je voudrais attirer l'attention des lecteurs sur la nécessité qu'il y a à comprendre la lourdeur et la complexité du travail des élèves, quels que soient leurs niveaux scolaires.

Il serait alors logique de leur permettre, grâce aux vacances, de pouvoir faire avec efficacité leur travail scolaire. Penser les vacances en terme de durée et de moment en harmonie avec les contraintes qu'ils supportent tout au long de leurs scolarités devrait être l'obsession des prescripteurs.

Parlons d'abord des vacances qui rythment les trimestres scolaires durant l'année. Qui ignore les conclusions d'une recherche menée par Montagner dans les années 1980 qui affirmaient que, à l'école primaire, après 7 semaines de classe il faut à l'élève deux semaines d'arrêt pour retrouver les forces perdues avant de repartir vers les apprentissages scolaires . C'est ainsi que l'on peut entendre parler ou lire l'intérêt d'une organisation annuelle en 7 - 2 soit 7 semaines de classe suivies de 2 semaines d'arrêt. Mais ce projet est-il bien compatible avec le découpage de la France en zones?

Quant aux vacances d'été, tous les enseignants comme les neuroscientifiques pensent qu'un arrêt trop long nuit à l'efficacité du travail de l'élève. Il est dont envisagé de raccourcir les grandes vacances. Cependant ce projet soutenu par les experts de l'apprentissage interroge les ergonomes qui observent que ce choix poserait de nombreux problèmes et non des moindres:

- les écoles ne sont pas en capacités de faire travailler des enfants dans des locaux adaptés au travail scolaire quand la température extérieure évolue au delà de 30 degrés; dans certaines classes il n'y a même pas de store aux fenêtres qui permettrait de contrôler la lumière solaire. Il y fait facilement des températures insupportables dépassant 35 degrés certaines journées du mois de mai et de juin. Qu'en sera-t-il en juillet?

- le temps de travail des enseignants surtout dans le secondaire est tel qu'ils ne partent en vacances que lorsque les examens nationaux ou régionaux sont finis et que lorsque les projets pour la rentrée sont élaborés, bases de travail dans le cadre de leur rentrée anticipée par rapport aux élèves à la fin des vacances.  Cette réforme voudrait-elle dire que les enseignants seraient le personnel au travail qui auraient moins de vacances que la plupart des salariés dans les entreprises et ce sans compensation salariale? L'enseignant  fait des horaires tres lourds car les temps d'enseignement en presentiel avec les élèves s'aditionnent aux temps de préparation des cours et de correction des copies auxquels s'ajoutent également les reunions d'équipe, les réunions avec les parents et les conseils de classe. Auront-ils des RTT pour compenser ces horaires qui tout cumulé sur une semaine dépassent largement les 39 heures.

Voilà au moins deux arguments - les espaces scolaires et le statut des personnels de l'éducation nationale - qui amènent à l'évidence que le ré aménagement de la durée des grandes vacances ne pourra se faire qu'après avoir compris et traité les effets qu'il génère irrémédiablement.

Partager cet article

Repost 0
Published by reussite-pour-tous.over-blog.fr - dans rythmes scolaires
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nicole Delvolve
  • Nicole Delvolve
  • : Nicole Delvolvé était enseignant chercheur à l'Université de Toulouse.Ell e est spécialiste en ergonomie et participe à l'aménagement des meilleures conditions de travail possible dans les établissements scolaires pour la réussite de tous.nicole.delvolve@orange.fr
  • Contact

Recherche

Liens