Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 10:02

 

 Réussir sa sixième et au-delà….

Des outils pour apprendre

 

Par Nicole Delvolvé

Professeur des Universités

Spécialiste en ergonomie scolaire

 

Adresse : IUFM Midi Pyrénées 57 avenue de l’URSS 31400 Toulouse

 

Tel Fax Répondeur : 05 62 25 20 62

              Portable     : 06 788 31 904

Email : nicole.delvolve@toulouse.iufm.fr

Pour introduire l’idée que sans outil l’élève ne peut apprendre[1], saisissons-nous de la réflexion qui se développe au niveau européen.

2009 est l’année européenne de la créativité et de l’innovation. Les objectifs particuliers de l'année sont de mettre en avant, entre autres, les facteurs suivants, susceptibles de contribuer à favoriser la créativité et la capacité d'innovation : dans le texte soumis au Parlement Européen et au Conseil concernant la labellisation de l’année 2009 on peut lire : « En particulier, la recommandation du Parlement Européen et du Conseil du 18 décembre 2006 sur les compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie établit un cadre européen  de référence qui définit huit compétences clés (constituées chacune d’un ensemble de connaissances, capacités et attitudes) et comprend un vaste programme pour l’éducation et la formation à toutes les étapes de la vie. Nombre de ces compétences procèdent de la créativité et de l’innovation dans les domaines personnels, interpersonnel et interculturel, notamment la « compétence mathématiques » et les « compétences de bases en sciences et technologies », la « compétence numérique », « apprendre à apprendre », « les compétences sociales et civiques », l’« esprit d’initiative et d’entreprise », et la « sensibilité et expression culturelle »[2] .

Le texte de la décision définitive[3] insiste sur la nécessité de

« a) créer un environnement propice à l'innovation, et à la capacité d'adaptation dans un monde en rapide évolution; toutes les formes d'innovation, y compris sur les plans social et entrepreneurial, sont prises en compte;

b) mettre l'accent sur l'ouverture à la diversité culturelle en tant que moyen de développer la communication interculturelle et favoriser le resserrement des liens entre les arts, ainsi qu'avec les écoles et les universités;

c) stimuler la sensibilité esthétique, le développement émotionnel, la pensée créative et l'intuition chez tous les enfants dès le plus jeune âge, y compris dans l'éducation préscolaire;

 (…)

e) promouvoir, dans le domaine des mathématiques, des sciences et des technologies, l'enseignement des compétences basiques et approfondies dont « apprendre à apprendre », favorables à l'innovation technologique;

Etc. »

 

Même si le Sénat français a pris la décision de ne donner aucun moyen pour faire vivre ce projet en France, n’oublions pas de comprendre que ce cadre européen nous suggère d’accepter l’évidence que les élèves doivent maîtriser des compétences socles pour qu’ils puissent apprendre les savoirs, savoir-faire et savoir être imposés par les programmes. 

 

 A propos des compétences socles préalables à l’acquisition du socle de compétences

  « Apprendre à apprendre » c'est-à-dire construire des outils pour apprendre est un préalable pour faire une scolarité efficace. Dans une enquête menée auprès de lycéens sur « qu’est-ce pour eux apprendre ? », l’analyse des réponses au questionnaire anonyme décrit de fausses idées sur « apprendre ». Pour 85% d’entre eux, apprendre, c’est écouter en cours, relire la leçon et faire les exercices donnés par les professeurs. Si ce n’était que ça « apprendre », il y aurait moins d’élèves en difficultés !

 Il n’est donc pas inutile d’insister pour que les enseignants  délivrent des clefs aux élèves pour qu’ils apprennent à apprendre et ce le plus tôt possible dans leur scolarité. En cycle III d’Ecole Elémentaire afin qu’ils soient mieux armés pour entrer au Collège. Des réponses, instruites sur des connaissances du champ de la psychologie cognitive et ergonomique, devraient leur être données en réponse aux questions suivantes :

1 Comment  trouver, après une journée de cours, une disponibilité mentale compatible avec une ambition de qualité dans le travail scolaire ?

2  Comment mieux se connaître pour apprendre tout simplement ?

3  Comment gérer ses émotions et les utiliser pour réussir?

4  Quels outils pour apprendre ?

 Ces différents objectifs passeront, pour être atteints, par une  prise de conscience  par les élèves du fonctionnement et des limites de leur mémoire et donc de la nécessité de mettre en place des stratégies pour aider les nouvelles mémoires à se construire ([4]) : solliciter en même temps plusieurs entrées sensorielles, expérimenter soi-même, lire à haute voix et écrire en même temps, répéter souvent la nouvelle information car ce n’est qu’en répétant que la mémoire se consolide, dormir car c’est pendant le sommeil que les mémoires s’impriment définitivement sur les réseaux neuroneuroniques…..Comprendre comment fonctionne la mémoire humaine, voilà une compétence bien utile pour apprendre. Ils comprendront alors la nécessité d’avoir compris préalablement à apprendre ; ils utiliserons désormais des fiches synthétiques pour résumer les leçons, ils construiront semaine après semaine un tableau qui résume par disciplines ce qu’ils ont appris. En CM2, c’est sous le contrôle de leur professeur qui est le même quel que soit le champ de savoir à apprendre. En 6éme, ce n’est plus pareil, mais autonomes dans leur travail d’élèves, ils construirons eux-mêmes ce support d’une efficacité réelle pour apprendre. Voilà  des dispositifs qui devraient être travaillés  par les élèves  sous la responsabilité des professeurs qui les ont pris en charge dans le cadre de PPRE ou autres projets rassemblés dans les Réseaux Ambition Réussite.  De nombreux enseignants confirment l’efficacité de tels projets pour  accompagner les élèves vers une implication scolaire retrouvée.

Ce que les élèves devraient apprendre aussi c’est que l’apprentissage devient beaucoup plus efficace lorsque les émotions sont contrôlées. Il faut donc faire une place fondamentale aux émotions, outils pour apprendre, tant leur rôle est premier pour le développement intellectuel du jeune et la construction des différentes mémoires humaines. Il existe des supports didactiques pour aider les enseignants à construire des dispositifs avec  l’objectif  de donner aux élèves des compétences émotionnelles…. [5]   

Alors si les enseignants  n’ont pas inscrit dans leurs objectifs prioritaires la transmission d’outils pour apprendre lors des séances menées avec les élèves, s’ils ne les explicitent pas, ne les font pas vivre tout au long des journées de classe en cycle III qui leur transmettra ces  instruments mentaux indispensables pour une réussite d’un maximum d’entre eux en sixième ? 



[1] Delvolvé, N. (2005), Tous les élèves peuvent apprendre. Aspects psychologiques et ergonomiques des apprentissages scolaires. Ed. Hachette Education.

[2] http//create2009.europa.eu

[3] http//eur-lex.europa.eu/lex

[4] A. Lieury, (2008), Mémoire et réussite scolaire, Ed. Dunod, 3ème édition.

[5] Une valise pleine d’émotions,  hhtp://www.cego.be

Partager cet article

Repost 0
Published by reussite-pour-tous.over-blog.fr - dans Métacognition
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nicole Delvolve
  • Nicole Delvolve
  • : Nicole Delvolvé était enseignant chercheur à l'Université de Toulouse.Ell e est spécialiste en ergonomie et participe à l'aménagement des meilleures conditions de travail possible dans les établissements scolaires pour la réussite de tous.nicole.delvolve@orange.fr
  • Contact

Recherche

Liens