Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 21:09

Le constat est alarmant. L’école compte de plus en plus d’élèves en difficultés scolaires. Ces difficultés se transforment très vite en troubles. Déficit attentionnel, dyslexie et autres dys, hyper-kinésie. Ces comportements pourraient-ils être compris –pour certains hélas seulement– comme les conséquences d’une Ecole irrespectueuse du respect de la vitesse de développement évidemment personnelle de l’enfant ? Ces troubles pourraient–ils être prévenus ? Faut-il se contenter de démarches curatives ?

Telles sont les différentes interrogations  qui mériteraient d'être traitées

Si nous voulons trouver de nouveaux leviers pour que les jeunes soient plus heureux dans leurs parcours scolaires, que le moins d’enfants possible soient laissés sur le bord de la route des apprentissages, l’ergonomie propose l’idée qu’en premier lieu il convient de changer les représentations collectives sur l’École.

Pourquoi ne pas développer une vision  globale et une approche humaniste des situations scolaires ? Dans cette perspective, l’ergonomie  demande de comprendre l’école comme un système dans lequel tout est important : la didactique bien sûr, les modalités pédagogiques évidemment, mais aussi et au même niveau d’importance, l’aménagement des temps, la durée des séances, leur planification sur la semaine, l’aménagement des cantines et le moment des repas, de la sieste, pour les plus petits, ainsi que des contextes périscolaires et extrascolaires.  Chaque choix organisationnel, technique ou humain qui est fait devrait avoir une ambition première qui est de respecter les besoins fondamentaux des enfants, adolescents et même adultes pour qu’ils puissent réaliser  leur travail  d’élève, d’enseignant ou d’éducateur. Chaque fois que l’Ecole se transforme, « se refonde »,  il faudrait que les changements programmés permettent aux élèves d’avoir des conditions de travail améliorés. Si ce préalable n’est pas satisfait, les changements sont porteurs d’inégalité des chances renforcée et l’Ecole ne permet pas mieux qu’avant à tous les élèves de construire des compétences  pour suivre leurs chemins personnels vers la vie d’adulte qu’ils espèrent. Pire elle blesse définitivement un trop grand nombre d’enfants ou d’adolescents.

Pourquoi être dans des démarches curatives c'est-à-dire attendre que les jeunes soient des blessés de l’Ecole pour intervenir ?

Le contexte scolaire ne motive pas la mise en place de démarches curatives pour accompagner chaque enfant dans son développement personnel. Le diagnostic précoce des difficultés d’apprentissage des élèves dès la maternelle est programmé par l’Institution scolaire. Les enseignants sont invités à repérer dès le début de la scolarité les enfants en déficit attentionnel ! Paradoxe quand on sait que les jeunes enfants  sont justement en train de construire les clefs pour un développement intellectuel le plus harmonieux possible. Nous notons une tendance à la médicalisation des difficultés d’apprentissages. Pourtant la plasticité du cerveau scientifiquement démontrée ouvre des espoirs immenses sur l’idée de ne laisser aucun élève sur le bord de la route des apprentissages. Pourquoi l’école a-t-elle 40 ans de retard dans la prise en compte des connaissances développées en neurosciences ? 

 

Ainsi, s’il se dégageait l’idée que l’École ne doit plus être un lieu de  blessures mais le lieu de l’égalité des chances, le moment dans la vie du Jeune qui va lui permettre de construire les multiples compétences qui l’aideront dans sa vie future -qui ne sera pas toujours des plus faciles-, le chantier des conditions de vie et d’apprentissage des élèves s’impose.  Pas d’utopie ! L’ergonome est conscient que tous les problèmes ne seront pas résolus en améliorant les conditions de travail. Mais quel gâchis si rien n’est fait !  

 

Mots Clés : ergonomie, conditions de travail, santé, élèves.

 

Bibliographie

 

Delvolvé N. (2004), Mon enfant, cet élève. Le guide pour tous les parents, Ed. Milan.

Delvolvé N. (2005) Tous les élèves peuvent apprendre. Approches psychologiques et ergonomiques des apprentissages scolaires. Ed. Hachette Education.

Delvolvé N. (2010) Stop à l’échec scolaire. L’ergonomie au secours des élèves, Ed. De Boeck, Bruxelles .

Partager cet article

Repost 0
Published by reussite-pour-tous.over-blog.fr - dans ergonomie scolaire
commenter cet article

commentaires